Notre actualité

Les grands enjeux des trajets domicile - travail

Nos bureaux sont situés derrière l’opéra de Lille, aux portes du vieux Lille. Nous avons veillé à nous implanter à quelques centaines de mètres des deux gares. Les stations de métro ne sont pas loin et, au pied de l’immeuble, une station V’Lille et un arrêt de bus complètent le tableau. Une situation assez idéale qui vise à promouvoir l’utilisation des transports en commun.
KaraFun Group, c’est bien entendu zéro voiture de fonction.
Devant l’urgence climatique, nous faisons le maximum pour faire évoluer les comportements dans le but d’améliorer la qualité de l’air, de préserver notre environnement et globalement réduire nos émissions carbone. Nous voulons dépasser le stade du greenwashing, poser des actes, être cohérents.
Si chacun fait ce qu'il peut en fonction de la situation, c'est déjà très bien.

Ce qui se passe au KaraFun Group

Par quels moyens de transport nous-retrouvons nous au bureau ?

KaraFun Group a été fondé par mon frère et moi-même. Nous n’avons plus de voiture personnelle depuis plusieurs années. Voir un SUV en ville nous provoque plus de tristesse que d’envie.
J’ai demandé à tout le monde de m’indiquer par quel moyen de transport chacun se rendait au bureau.
La vaste majorité des collaborateurs utilisent les transports en commun ou un mode de transport doux (à pied ou à vélo). Certains voudraient faire plus, mais ne peuvent pas, faute d’infrastructures adaptées dans les villes ceinturant Lille et dans la proche campagne.

Et le télétravail ?

Le télétravail est possible au KaraFun Group. Il est d’ailleurs subi de temps en temps en cas d’indisponibilité des transports en commun !
Du fait de leur éloignement géographique, quelques personnes sont uniquement en travail à distance, ce qui n’est pas mal pour le bilan carbone, mais pas top quand il faut se rencontrer physiquement, car l’avion est souvent plus efficace, puisque rapide et économique par rapport au train.
Profiter d’un vol Paris / Berlin à 20€ ou encore relier Toulouse à Lille pour 16€ me désole car il est difficile d’utiliser le train, nettement plus lent. Le TGV reste au sol, mais les prix s’envolent. Je suis bien entendu favorable à une taxe sur le kérosène, le plus tôt sera le mieux, même si je sais bien que mon avis ne pèse rien face aux lobbies des transports aériens.

Ce que nous faisons concrètement

Nous prenons en charge 70% des frais de transport en commun

C’est 20% de plus que ce qu’impose la loi en France, et ça peut faire la différence. Par exemple, JF vient de Tournai (Belgique), son abonnement mensuel coûte 88€60, 62€ sont pris en charge, il lui reste mensuellement 26€60 de sa poche. Ce sont des économies pour lui, du temps qu’il ne passe pas dans les bouchons, mais surtout 1200 kms de voiture évités tous les mois. Well done !

Nous allons compenser les vols aériens

Et pas qu’un peu.
Le prix de la tonne compensée est fixée à 1000€ la tonne de CO2, ce qui est beaucoup mais peu par rapport à l’impact réel de ces déplacements.
Cet argent sera distribué à des associations proposant ou mettant en oeuvre des solutions pour faire face aux enjeux énergétiques, environnementaux et sociétaux des prochaines décennies.
Découvrez l’engagement associatif de KaraFun Group.

Déplacement low tech ? Vive le vélo !

Nous voudrions aider nos collaborateurs à venir en vélo. Même si Lille a la réputation d’être assez pluvieuse, la majeure partie du temps, circuler à vélo est relativement aisé, principalement car nous n’avons pas beaucoup de relief. Prendre la bicyclette pendant les belles saisons, permet en plus de faire un peu de sport.
Malheureusement, du fait du partage de la route avec la voiture, la sécurité du trajet est le premier frein à une adoption plus massive du vélo.
Une récente enquête interne indique que près de la moitié des collaborateurs seraient intéressés par un vélo de fonction. C’est une mesure que nous allons essayer de mettre en place prochainement. Elle s’accompagne d’une petite exonération fiscale, ce qui cette fois va dans le bon sens.
Enfin, il manque un local vélo, mais cela devrait se résoudre bientôt.

Nous voudrions faire changer les choses

A Lille, malheureusement les infrastructures adaptées manquent. Malgré les beaux discours, peu de pistes cyclables sont réellement protégées, et il ne faut pas s’étonner si les gens ont peur du vélo, il faut effectivement une dose de courage pour affronter les portières et les incivilités des véhicules personnels. Ce sont les vrais héros du quotidien !

Côté transports en commun, ce n’est pas fou non plus, il manque une politique cohérente au sein de la métropole qui préfère investir dans des portiques de contrôle dans le métro (quelle connerie quand même...) plutôt que dans des parkings relais. Pire, des décisions récentes comme instaurer une zone bleue au pied de certaines stations de tram, par exemple, empêche une collègue de poser sa voiture et finir le trajet en tramway. Dans la même veine, arrêter les transports en début de soirée, notamment les trains et certains bus, rend pratiquement indispensable la voiture individuelle. Dur dur.
Tout ça est affligeant, mais les consciences changent, et la politique devrait suivre.

Business vs Carbon

Croissance de l'entreprise et réduction de l'impact carbone ne sont pas toujours compatibles.

Rien de mieux que d’éviter de se déplacer. Même s’il est louable de compenser le carbone, ne pas prendre l’avion sera toujours la meilleure solution.
En n’étant pas présents sur tous les salons de l’industrie musicale de la terre, nous perdons nécessairement du business, mais c’est préférable. De la même façon, en traitant le maximum de demandes par voie électronique, il peut nous arriver de ne pas conclure un marché qui aurait pu aboutir après une rencontre en tête à tête.

Faute de lois qui permettraient de commencer à lutter sérieusement contre le réchauffement climatique, les entreprises qui font actuellement le choix de la sobriété peuvent être mécaniquement désavantagées par rapport aux autres. C’est le prix à payer, et il nous faut l’expliquer à nos prospects et à nos partenaires.

Cependant, quand la majorité des autres entreprises ne font rien ou pire du greenwashing pour laver leurs péchés, travailler dans une société qui fait attention et qui propose des choses concrètes peut apporter fierté et sentiment d’appartenance.

Fun vs Carbon

Un grand classique du team building est le séminaire au soleil.
Habitant toute l’année à Lille, j’admets facilement que l’idée est séduisante, nous l'avons fait dans le passé régulièrement.
Mais finalement, c’est l’ambiance et surtout les personnes avec qui nous partons qui comptent, nettement plus que la destination finale, aussi ensoleillée soit-elle ! J’ai par exemple de merveilleux souvenirs de notre séminaire à Amsterdam, alors que notre voyage à Fez ne m’a pas marqué de la même façon. Essayons de privilégier le chemin et l’expérience, plutôt que la destination.
Notre prochain voyage ? Peut-être une aventure collective et écologique...
Relier Lille à Amsterdam en Vélo ?
Atteindre Saint-Malo en randonnée Pékin Express ?
Rejoignez-nous si vous voulez savoir !

Auteur

Jean-Baptiste

CEO